Améliorer l’efficacité du web : la méthode Potions (2/2)

Etape #1 : récupérer les données nécessaires à la création du modèle

Pour cela, il s’agit très souvent de créer des jeux de données aggrégées dans  un datalake, depuis vos outils d’analytics (AT Internet ou Google Analytics le plus souvent, lorsque l’on parle de données de navigation).

Avec Potions, pas besoin de créer de nouveaux modèles de données : nos analyses exploitent directement les bases Google Analytics ou Big Query (GA360). 

Etape #2 : Créer un modèle et évaluer sa performance théorique

Grâce à un noeud  Python (hébergé chez nous ou chez vous), nous accédons aux données de GA (via l’API v4 ou via des requêtes Big Query) et entraînons des modèles simples et efficaces.

Exemple : Un modèle de chaleur (probabilité d’achat d’un produit) en fonction du temps passé sur chaque page lors d’une navigation.

Etape #3 : Déployer le modèle en production, et envoyer les données de performance

Le coeur de notre savoir-faire réside dans la simplification de cette étape. Sans aucun dev chez vous, nous déployons les modèles d’IA sur votre site (pas sur des bases à froid), avec un simple TAG javascript.
Ce tag ne fait appel qu’à des données stockées en local, sur le navigateur des internautes (voir notre article sur le EDGE computing).
Le tag envoie automatiquement les données nécessaires à la mesure de performance du modèle à vos outils d’analytics !
Exemple : Utiliser le modèle de chaleur en temps réel sur le site pour prioriser le rappel de leads, optimiser des campagnes de retargeting, détecter des intentions de clients pour des campagnes de mailing.
Utiliser le tag Potions, c’est bénéficier de la puissance de l’IA marketing sur votre site, sans le moindre effort de développement ni de déploiement. Une simple ligne de code sur votre site permet ainsi de:

  • Dupliquer la donnée de navigation des internautes dans une base de données locale pour pouvoir l’activer facilement, sans la stocker sur vos serveurs
  • Effectuer des analyses complexes directement dans le navigateur
  • Ne pas solliciter le SI et accélérer ainsi sensiblement les cycles de test
  • Éviter des allers retours serveurs qui ralentissent le site
  • Ne pas être soumis à la versatilité des cookies
  • Installer et désinstaller des solutions en une journée
  • Réduire l’impact carbone du site
  • Améliorer le contrôle des données par les visiteurs.

Vous souhaitez en savoir plus ou essayer la méthode Potions pour votre site ? Contactez-nous pour nous en dire plus !

Qui sommes-nous ?

Potions propose des solutions d’optimisation de la performance des sites web qui s’appuient sur le edge computing. Cette technologie utilise les bases de données des navigateurs pour stocker, analyser, enrichir et activer les données de navigation en local, et sans cookies. Cela rend leur exploitation plus simple (aucun développement serveur à prévoir), plus rapide (aucun appel serveur, actualisation de chaque terminal en temps réel), moins coûteuse (beaucoup moins de setup et de maintenance de bases), et plus respectueuse de la vie privée et de l’environnement.

Améliorer l’efficacité du web : la méthode Potions (1/2)

Cette méthode consiste à répondre aux questions suivantes, dans cet ordre.

  • Quel est l’indicateur que vous souhaitez maximiser ?
  • Quels sont vos leviers d’actions, ou quels leviers envisagez-vous de mettre en oeuvre ?
  • Quelles analyses, ou plutôt quels résultats vous permettront de choisir et paramétrer ces leviers ?
  • Quelles données sont nécessaires à ces analyses ? et comment les récupérer ?

Vous l’avez compris, la donnée n’est pas le point de départ mais bien le point d’arrivée de tout (bon) projet “data”. Ci-dessous quelques idées pour répondre à ces questions.

Quel est l’indicateur que vous souhaitez maximiser ?

Voici donc probablement la question la plus importante. 
Il existe chez la plupart de nos clients de nombreux objectifs. Il n’y a qu’à regarder le nombre d’objectifs paramétrés sur votre outil d’analytics. 
Pense-bête #1 : il devrait être interdit de lancer le moindre projet sans savoir quel indicateur il est censé améliorer.
Pour prioriser vos objectifs entre eux, la meilleure méthode est de revenir à la raison d’être de votre site web. Sur votre site, vous adressez-vous en priorité à vos clients ou à vos prospects ? Souhaitez-vous vendre ou générer des leads ? Souhaitez-vous augmenter votre marge ou visez-vous avant tout le volume ? etc.
Une fois arrivés à une liste réduite et priorisée d’indicateurs, il devient beaucoup plus simple d’identifier et surtout d’utiliser à bon escient les leviers qui permettront de les optimiser.

Quels sont vos leviers d’action ? Quel(s) levier(s) envisagez-vous de mettre en oeuvre ?

En dehors du contexte concurrentiel et économique, vous n’aurez aucun impact sur votre indicateur clef sans action. Il s’agit donc ici d’établir une liste d’actions pouvant améliorer ou, a minima, influer sur vos indicateurs prioritaires.
Sur le web ou dans le monde digital, les types d’actions envisageables sont infinies, mais elles ont un point commun : un site est toujours une interface de communication entre une entreprise (propriétaire du site) et ses visiteurs. 
La plupart des leviers disponibles sur le web consistent donc à générer ou modifier des messages ou des histoires (suites de messages) en fonction d’événements déclencheurs. 
Ces messages peuvent prendre de nombreuses formes : pages du site, e-mails, notifications, pop-up, pop-in, publicité, qui sont autant de leviers différents, dont l’efficacité devra être mesurée en fonction de leur impact potentiel (ou testé) sur l’indicateur visé.
Pense-bête #2 : il devrait être interdit de mettre en oeuvre une solution sans mesurer le plus proprement possible son impact sur l’indicateur visé.

Quels résultats permettent d’optimiser ces leviers ?

Les événements déclencheurs d’une modification ou génération appropriée de message peuvent être simples ou être le résultat d’analyses
complexes. Peu importe. 
Chez Potions, nous aimons les mathématiques appliquées. Mais nous avons souvent constaté que les événements déclencheurs les plus simples étaient les plus efficaces. 
Le résultat d’un algorithme complexe viendra souvent confirmer des intuitions métier évidentes. 
Voici un exemple.
Un internaute visitera en moyenne entre 3 et 5 fois votre site avant de convertir. Du coup, pas besoin de suivre sa navigation sur tout le web pour savoir quel produit l’intéresse… Mais êtes-vous capables d’adapter votre site à ses visites précédentes? Et au fait, sur votre site, savez-vous combien de visites sont nécessaires à vos prospects pour convertir ?
Pense-bête #3 : mesurez toujours la valeur d’une solution à son impact sur l’indicateur visé, pas à la “beauté” ou à la complexité des résultats qu’elle utilise.

Quelles données sont nécessaires à ces analyses, et comment les récupérer ?

Nous l’avons dit, la donnée dont disposent les sites web est souvent largement suffisante pour adapter leur message à la situation, c’est-à-dire pour “personnaliser l’expérience” de leurs visiteurs. Malheureusement, ils sont bien souvent incapables de l’utiliser à bon escient sans nuire à la fluidité de navigation. 
Exemple : pour utiliser des données clients (CRM), de nombreux sites demandent à leurs visiteurs de se connecter ou de créer un compte de manière systématique. Une étape de plus (parfois de trop ?) dans la relation commerciale (voir notre article sur le log-in).
Pense-bête #4 : la récupération de donnée ne justifie pas tout… pensez avant tout à l’expérience sur votre site !
En fonction des événements déclencheurs à mettre en oeuvre, la donnée nécessaire à récupérer peut être un simple clic sur un bouton, ou bien la suite de l’ensemble des pages vues sur le site depuis un mois. Pour récupérer cette donnée de manière efficace sans multiplier les allers-retours avec vos serveurs, toutes les solutions développées chez Potions fonctionnent sur le principe fondamental du CIRCUIT COURT DE LA DONNÉE (voir notre article sur le edge computing).

Qui sommes-nous ?

Potions propose des solutions d’optimisation de la performance des sites web qui s’appuient sur le edge computing.
Cette technologie utilise les bases de données des navigateurs pour stocker, analyser, enrichir et activer les données de navigation en local, et sans cookies.
Cela rend leur exploitation plus simple (aucun développement serveur à prévoir), plus rapide (aucun appel serveur, actualisation de chaque terminal en temps réel), moins coûteuse (beaucoup moins de setup et de maintenance de bases), et plus respectueuse de la vie privée et de l’environnement. 
Contactez-nous pour en savoir plus !